30 mars 2017

Les Ferrailleurs, tome 1 : Le château.


Titre: Les Ferrailleurs, tome 1 : Le château.
Auteur: Edward Carey.
Edition: Grasset.
Pages: 462.


"Au milieu d’un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, assemblage hétéroclite d’objets trouvés et de bouts d’immeubles prélevés à la capitale, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, dont il devra prendre soin toute sa vie. Clod, notre jeune héros, a ainsi reçu une bonde universelle – et, pour son malheur, un don singulier : il est capable d’entendre parler les objets, qui ne cessent de répéter des noms mystérieux…
Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît ; les murmures des objets se font de plus en plus insistants ; dehors, une terrible tempête menace ; et voici qu’une jeune orpheline se présente à la porte du Château…"



J'aime vous présenter des romans dont on parle peu, et lui c'est le cas. Ma raison est que la première, c'est un roman superbe. La deuxième est qu'en voyant le troisième et dernier tome sorti - car c'est une trilogie -, je me suis rendu compte qu'on le zieutait, mais que personne n'en parlait. Ou pire, peu le lisait.
Quelque chose vous fait froid dans le dos en voyant la couverture? - personnellement j'adore - Vous le trouvez bizarre? Un résumé lugubre? Vous avez raison! Ha ha. Mais vous ratez un livre original et je vais remédier à ça.

Chers amis Suricates, vous allez découvrir un univers à la Dickens avec une pointe de Tim Burton tout en ayant sa personnalité propre. Respirez un grand coup, car vous allez rentrer dans le monde puant de la Famille Ferrayor. Étrange, surprenante, imbu d'elle-même, au sang pur, elle cache bien des mystères dans le dédale architectural du Château gigantesque, réel paradoxe à côté de cet océan de détritus et régnant en maître sur le Londres sale, noir et pauvre. 

Edward Carey vous portera avec une plume simple mais néanmoins belle aux origines de cette famille atypique. À travers un récit polyphonique, celui de Clod membre des Ferrayors et celui de Lucy Pennant orpheline devenue servante pour cette dite famille, vous découvrirez cette tradition invraisemblable de posséder un objet commun du quotidien depuis sa naissance et d'en prendre soin jusqu'à sa mort. - Bizarre n'est-ce pas? - Ainsi grâce à ce choix narratif nous aurons deux points de vues de ce monde divisé en deux communautés.

La personnalité des personnages est très forte et intéressante. Clod vous paraîtra tout chétif, lui du haut de ses quinze ans dois "devenir" un homme et porter le pantalon - oui, oui, c'est drôle -. Lui qui a un don - gênant pour cette famille? -, lui qui entends murmurer les objets. À la suite d'événements inattendus qui bousculera tout ce petit monde, vous le verrez évoluer en adolescent courageux, lui qui n'hésitera pas à connaître la vérité même s'il faut braver les règles. Vous l'adorerez pour son honnêteté et son humanité, l'exact contraire des membres de sa famille. Lucy ne vous laissera pas indifférent(e) non plus, orpheline devenue servante, peut-être, mais rebelle dans l'âme jusqu'à la pointe de ses cheveux roux. Elle aura la LUCY-dité - d'accord, c'est nul haha - donc, la lucidité de voir que quelque chose cloche dans cette famille si noble.

Cet auteur n'est pas à court d'imagination pour créer un univers tout à la fois inhabituel et décalé, mais aussi montrant le reflet de la société anglaise d'antan avec ces codes, ces coutumes et les rebuts qui ne suivent pas les règles. Une vérité cachée sous forme de récit fantastique. Et pour parfaire à la création de son roman, nous avons même les illustrations en noir et blanc nées de sa main, qui donnent le ton à l'histoire. Des portraits de certains membres des Ferrayors ou des domestiques aux traits blafards et maladifs. Mais aussi un superbe plan du Château (la demeure d'en haut et la demeure d'en bas) pour vous y retrouver, car comme je l'ai dit plus haut, c'est un labyrinthe de pièces et de couloirs.

 

                                        Lucy                                                                                                                        Clod

Alors? Toujours pas tenté de découvrir ce bouquin? Pour ma part, je l'ai lu il y a un an et je ne possède pas encore les tomes suivants, mais en vous écrivant ma chronique, je me suis rappelé le régal que j'ai eu avec cette lecture. Il me tarde donc de retrouver Clod et Lucy.

J'espère qu'avec mes quelques paroles, vous vous laisserez envoûter par ce livre. Dites-moi si j'ai réussi, dites-moi si vous avez aimé, ce que vous en avez pensé. Je suis tout ouïe.

À plus pour une toute autre chronique.
Des bisous poussiéreux - désolé ^^ -.

3 commentaires :

  1. C'est vrai que j'ai rarement vu ce livre sur la toile ! Pourtant il est hyper intriguant ! Je suis surprise que ça n'interpele pas plus que ça... En tout cas moi il est dans ma wishlist et ta chronique ne me donne que plus envie ! :D merci ma Sofie !

    RépondreSupprimer
  2. Tu me donnes envie de lire cette série, même si je n'ai pas encore lu les premiers, ton avis de celui-ci m'en donne l'envie.

    Des bisous et une grosse pensée pour toi, j'espère que tout va bien

    RépondreSupprimer
  3. En vrai j'ai fumé la moquette, j'ai lu 3 au lieu de tome 1. Bref, ça change rien. Ton avis donne envie de lire ce livre. Et j'étais persuadée en avoir vu plusieurs couvertures différentes... J'ai du le voir plusieurs fois mais ne pas avoir imprimé. La vieillesse toussa toussa ...

    RépondreSupprimer