22 mai 2017

L'épouse de bois.


Titre: L'épouse de bois. 
Auteur: Terri Windling.
Edition: Le livre de poche.
Pages: 414.

"Maggie Black est écrivain. 
Elle vient d'hériter d'une maison en plein désert, dans les montagnes de l'Arizona.Son propriétaire, un célèbre poète avec qui Maggie correspondait, est mort dans d'étranges circonstances. La jeune femme s'installe bientôt dans la maison , mais la vie semble différente: les choses sont plus pures, les formes plus essentielles, les mystères plus profonds... La magie des collines est puissantes, et Maggie pourrait bien y perdre la raison - ou là vie."


J'ai découvert "L'épouse de bois" doublement grâce à Margaud Liseuse. La première, à travers une de ses vidéos - un tag sur l'automne, il me semble -, qui m'a conduite vers sa chronique. C'était banco et pouf dans ma whislist. La deuxième, lors d'un échange, je voulais me débarrasser de livres d'une saga dont elle avait la même collection et j'avais un livre qui lui manquait. Adorablement, elle a souhaité me rendre la pareille en me proposant un livre en échange, je lui ai donc demandé celui-ci. Voilà, voilà!

Les habitués du Blog savent que si je chronique un livre, c'est d'office que je l'ai aimé - souvent entre une très bonne lecture et un coup de cœur -, donc autant dire tout de suite que cette lecture ne fait pas exception. J'ai vraiment adoré ce dépaysement de ma petite bulle de confort. Pas de forêt humide de l'Angleterre, mais une terre rocailleuse de l'Arizona, un désert aride et sec. 

Je vous mets en garde contre le pouvoir de ce roman, Terri Windling vous fera plonger dans un univers qui vous fera oublier où vous vous trouvez. Je ne vais pas mentir, sa plume vous paraîtra lente, mais pour celui ou celle qui pourra donner une chance à ce style, la magie ne sera que plus belle. Vous saurez tout ressentir, la chaleur, la terre, l'air, les couleurs, l'ambiance. Jusqu'à discerner l'âme des pierres, les esprits des saguaros - les grands cactus -,... Et là, les gardiens des éléments se dévoileront à vous. Vous serez pris au piège par cette puissante magie chamanique. Comme Maggie.

Davis Cooper, vieux poète décédé mystérieusement, sera votre point de départ. À partir de lui, Maggie assemblera tous les éléments qui dessineront cet environnement sauvage et lèveront le voile sur ce mystère... au risque de se perdre.
Avec elle, vous ferez la connaissance de personnages très intéressants ou paraissant sans importance, ne vous y fiez pas, la montagne sait se cacher à celui qui ne peut voir. 
Plus vous évoluerez dans ce roman, plus la nature sera présente, l'ambiance deviendra pesante, vous soupçonnez la magie autour de vous et quand vous vous rendrez compte qu'elle est là depuis le début, il vous sera impossible de faire demi-tour.

C'est une histoire qui raconte aussi la puissance de la peinture, des poèmes, de l'art, qui vient toujours du plus profond de nous, des forces primaires, qui extasie l'artiste, mais peut aussi le conduire à la folie... ou pas. On ressent cet œil artiste dans les descriptions, tout paraît plus pur.
Par conséquent, après avoir fini cette lecture tout vous semblera fade et terne. Il y aura un gros impact sur votre imaginaire, j'en suis certaine.

La couverture aidant, elle ne sera pas sans vous rappeler les créatures que vous croiserez. À chaque instant, vous reporterez votre regard sur elle, pour mieux vous imprégner - aidé aussi des poèmes de Cooper -. Et c'est le choix délibéré de Terri Windling qui s'inspira des tableaux du peintre britannique Brian Froud - peut-être en avez-vous même déjà vu -. Moi, je fus hypnotisé.

Je voulais impérativement vous faire découvrir l'originalité de ce roman. Et j'espère avoir réussi avec cette chronique.

Je vous fais des bisous du désert les Suricates.

4 commentaires :

  1. Merci pour cette chronique voilà qu'a ton tour tu nous donne envie de nous plonger dans ce roman. Merline Book'ine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce gentil commentaire qui me fait très plaisir. J'espère que tu auras la possibilité de le lire un jour :)

      Supprimer
  2. Le moins qu'on puisse dire c'est que tu as su partager ce coup de coeur, on le ressent bien dans ce que tu écris. Ma wishlist doit avoir la taille d'un building mais j'y ajouterai bien ce roman?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le temps que je passe sur mes chroniques, ce que tu me dis en est la récompense :D Merci. Si un jour tu le lis, tiens-moi au courant de ton ressenti.
      Bisous bisous

      Supprimer